Nouvelles

« Maintenant que j'ai un ordinateur, je vais enfin pouvoir bien travailler pour l'école »

04 juin 2020

Plus encore qu'en temps normal, nous constatons que l'ordinateur et Internet font partie intégrante de notre vie quotidienne. En ces temps d'école à domicile, nombreux sont les enfants qui risquent de décrocher parce qu'ils n'ont pas d'ordinateur, portable ou autre, à la maison. Deux parents en télétravail, deux enfants qui suivent les cours en ligne : une telle situation n'est pas exceptionnelle. Elle exige déjà un planning rigoureux s'il n'y a que trois portables, par exemple. Et souvent, dans les familles vulnérables, on ne trouve qu'un ordinateur, voire aucun.

12.000 laptops

Fin mars, pour éviter aux jeunes de se laisser distancer sur le plan scolaire, DigitalForYouth.be s'est fixé pour but de rassembler 10.000 ordinateurs portables auprès des entreprises, de les reconditionner et de les répartir via les écoles entre les jeunes touchés par la crise du coronavirus. 

« Nous sommes quatre à la maison, avec un seul ordinateur à partager. Comme il n'est pas toujours disponible, je travaille sur mon GSM. Je vais à l'école pour devenir électricien. Grâce à ce laptop, je peux tracer mes schémas électriques sur l'ordinateur et les conserver. »

Élève et enseignante derrière un ordinateur portable

Le projet a démarré avec le soutien du ministère flamand de l'enseignement, de la Commission de la communauté flamande de Bruxelles et de la communauté germanophone. Entre-temps, des plans ont été dressés pour étendre l'action à la communauté française. Grâce à ces soutiens et aux dons des entreprises, DigitalForYouth.be a largement atteint son objectif de 10.000 portables. 

« Nous avons recueilli près de 15.000 laptops grâce à la participation généreuse des entreprises. Sur ce total, nous avons pu reconstituer plus de 12.000 ordinateurs en bon état de marche. Mais la demande ne cesse d'augmenter. Elle est toujours supérieure à l'offre. C'est la raison pour laquelle nous poursuivons notre action », déclare Arnaud Recko, administrateur de DigitalFourYouth.be

« DNS Belgium a créé l'ASBL en 2019 avec Close The Gap ASBL. DNS Belgium a agi conformément à sa conception de la responsabilité sociétale de l'entreprise et à sa vision d'avenir », précise Philip Du Bois, General Manager de DNS Belgium et président de DigitalForYouth.be. « Sans le soutien structurel de DNS Belgium, jamais il n'aurait été possible de rassembler autant de laptops et de préparer la majeure partie de ce parc à la réutilisation. » 

Les mêmes chances pour tous

'Début mars, nos contacts avec les écoles ont vite montré que dans chaque établissement, plusieurs jeunes n'étaient pas en mesure de faire leur travail scolaire, faute d'un ordinateur à la maison. Quand on sait que la seule Flandre compte déjà plus de 1.000 écoles secondaires, l'ampleur des besoins ne fait aucun doute.'

Grâce à l'ordinateur que j'ai reçu, je ne dois plus tenir compte des horaires de mes frères et sœurs. Je peux suivre les cours au moment où ils ont lieu. Cet ordinateur est très important pour moi. Je vais pouvoir achever ma dernière année dans de bonnes conditions.

En concertation avec les pouvoirs publics et les instances de l'enseignement, la décision a été prise de commencer par l'enseignement secondaire spécial, avant de servir les écoles qui accueillent beaucoup d'enfants moins favorisés. Surtout à Bruxelles : dans la capitale, un enfant sur trois grandit dans la pauvreté. La pénurie de laptops y est particulièrement aiguë.

« Nos élèves suivent en majorité l'enseignement technique et professionnel. Bon nombre d'entre eux rencontrent des difficultés. Quand les mesures contre le coronavirus sont entrées en vigueur, nous avons constaté que la moitié de nos élèves n'étaient pas équipés pour suivre les cours à la maison. Grâce au projet, nous disposons d'ordinateurs que nous pouvons distribuer à nos élèves pour qu'ils puissent suivre l'enseignement en ligne », témoigne Valérie Van Damme, directrice de l'Institut bruxellois Anneessens Funck.

« J'avais un ordinateur, mais il est malheureusement en panne. J'ai travaillé sur mon GSM. Pour certaines branches, comme la dactylo, c'est très difficile. Maintenant que j'ai un PC, je vais enfin pouvoir bien travailler pour l'école. »

Valentina

Au-delà du coronavirus

« Nous sélectionnons les meilleurs laptops et nous les remettons à neuf. Cela veut dire que toutes les données des entreprises sont effacées de manière professionnelle. Les portables sont nettoyés méticuleusement et nous y installons de nouveaux logiciels sous licence. Cela fait, nous emballons soigneusement les ordinateurs et nous les envoyons aux écoles dans les quantités demandées », explique Philip Du Bois.

L'initiative dépasse le cadre de la crise du coronavirus. « Le projet porte en réalité sur la généralisation du numérique dans l'enseignement. Les élèves qui vont bientôt recevoir un de ces laptops pourront en cueillir les fruits pendant des années », remarquait récemment Philip Du Bois dans DataNews. « Au-delà du simple ordinateur, ces étudiants vont aussi développer des compétences indispensables dans le monde numérique où ils grandissent. »

Avec cet article, nous contribuons à réaliser ces objectifs de développement durable de l’Organisation des Nations Unies.